Notre Europe

Une architecture aux mille visages

Tailleur de pierre (Oratino)

Le tailleur de pierre
Dans la région Molise , depuis toujours ,la tradition du travail de la pierre a produit d’excellents produits de qualité. Maintenant seulement quelques artisans tentent de transmettre, même si avec beaucoup de sacrifices, cette tradition.

________________________________________________________________________________________

Le tailleur de pierre
Dans la région Molise, l’ancienne  tradition du travail de la pierre est en train de disparaître. Toutfois à Oratino, un petit village pas loin de Campobasso, il y a encore un tailleur de pierre qui  travaille avec la maîtrise d’un temps et en utilisant les mêmes outils. Dans son atelier, il fabrique des éléments décoratifs pour les maisons (balcons, portails, cheminées, etc.) et pour les églises (autels, aqueducs, tabernacles, sources baptismales, etc.).   La pierre utilisée provient principalement d’autres régions italiennes, car la carrière d’Oratino a été fermée dans les années 70 pour des raisons paysagères. La passion pour ce  travail est le résultat d’un héritage familial ou  on travaille la pierre depuis 4 générations et  s’accompagne à la volonté de préserver  cette ancienne tradition  artisanale maintenant en déclin.  Ce métier a atteint son apogée entre les années 1500 et  1700, quand environ 70% du peuple d’Oratino était artisan de la  pierre. On doit inciter les jeunes à l’ apprendre parce qu’il peut être un débouché pour le travail et pour  réévaluer le patrimoine culturel de la région, où la pierre a été travaillée presque partout dans le passé.

________________________________________________________________________________________

Les  outils du tailleur de pierre.

Le plastique représente la situation actuelle des carrières de Oratino ou, au cours des années, les pierres ont été extraites  pour faire les maisons, portails, fenêtres, cheminées, rues, trottoirs, basolati.  On peut imaginer tout le village de Oratino initialement comme un ensemble de pierres  , puis transformés et transporteés dans le pays où les maçons et autres artisans ont peu à peu construit le village.

Pour travailler la pierre on a besoin de   quelques   outils indispensables.

D’abord il a un vieil outil appelé dans le jargon  ‘ pnciott ‘, un morceau de fer muni de ressorts formés dans le passé par les fers à ânes. Battant l’outil dans la pierre  vous pouvez   briser la pierre,  même  des blocs  un mètre et demi d’hauter. Pour la fractionner    on passe au ‘spaccapietre’.

On a  besoin de ‘capezzini ‘ (en dialecte « sckiantini ») et  de ‘ puntilli ‘ (burins pointus  et burin de coupe). pour mortaiser grossièrement les  pierres, Pour dessiner sur la surface il faut beaucoup de travail  manuel , mais on doit d’abord alléger la pierre avec le  ‘schiantino’ et  les burins pointus.Après avoir enlevé la pierre en excès il y a la réalisation  du « traccio » (trace) avec le burin.

L’étape finale c’est la finition de la surface avec la  ‘ bocciarda ‘qui  peut avoir dents de differente  taille, et la ‘gravina’, un outil qui sert pour uniformiser les parties   concaves des cadres.

Le ‘schiantino’  le burin pointu et  le burin de coupe, la bocciarda » et la  gravina, sont les 5 outils indispensables pour travailler la pierre.

IC Colozza © 2016